Plus de 30.000 entreprises inscrites sur Bobex.be, mais nous restons modestes…

La semaine dernière, nous avons franchi le cap des 30.000 entreprises inscrites sur le site web de Bobex, ce qui n’est pas mal du tout. Ce chiffre représente environ 10% de notre marché potentiel.

Ces chiffres, cela dit, peuvent aussi être interprétés dans l’autre sens, ce qui veut dire que 9 entreprises sur 10 nous toujours pas trouvé le chemin de notre place de marché. Mieux vaut donc rester modestes parce qu’il y reste beaucoup de pain sur la planche.

Relativisons aussi cette image pessimiste et rappelons-nous que seulement 55% des entreprises sont “actives” en ligne. Dans cette optique, nous sommes déjà parvenus à nous emparer de près de 20% du marché.

Google boven de 500 dollar per aandeel…

Google ging op 19 augustus 2004 naar de Amerikaanse beurs (Nasdaq) tegen een prijs van 85 dollar per aandeel. Na­ twee jaar­ en 3 maanden bereikte het aandeel­ deze week­ voor het eerst de symbolische grens van 500 dollar per aandeel.
­ googlequote.gif
Na heel wat kritiek van Wall Street en een woelige beursintroductie lijkt Google haar revanche te nemen. Onder druk van financiële analysten had ‘s werelds grootste zoekmachine net voor de beursgang de introductieprijs moeten verlagen van 100 naar 85 dollar per aandeel. Aanvankelijk mikte Google op een prijs tussen de 108 en 135 dollar. Dit was in de ogen van veel investeerders en analisten te hoog. Maar amper vier maanden na de beursgang staat het Google aandeel echter op bijna 200 dollar, een toename van niet minder dan 132%.

googometer.gifHet optimisme wordt voor een belangrijk deel ingegeven door de positieve geluiden die in de markt klinken over tekstadvertenties op internet. Google moet het voor zijn inkomsten juist hiervan hebben.

Op dit moment noteert het aandeel op 508 dollar voor een marktwaarde van 155 miljard dollar. Tijdens de laatste 12 maanden schommelde het aandeel tussen 331 en 513 dollar.

De huidige koerswinstverhouding van 62 is nu een meer realistische dan de 230 van eind 2005. Een investeerder heeft dus in theorie­ 62 jaar nodig vooraleer zijn investering (weliswaar aan de huidige winst) tergubetaald is.

Niettemin zijn er nog­ heel wat critici die zich vragen stellen over de houdbaarheid van het model. Lees meer hier.

­

Om te­ reageren:

Continue reading

Rigueur, charme et passion créent le constructeur automobile le plus profitable de la planète

Le secteur automobile­ traverse une­ période­ pour le moins­ difficile: les consolidations et­ restructurations se suivent créant énormément d’incertitudes dans le marché.­ Mais l’automobile­ reste toutefois un secteur d’activité important. Rien qu’en Belgique, plus de 100.000­ personnes travaillent dans­ le secteur.­

Mais il y a­ un acteur qui sort décidément du lot, et cela depuis plusieurs années. L’entreprise familiale­ Porsche vient en effet de réalisé une marge net de près de 20%, ce qui est énorme dans le secteur. Les concurrents doivent se contenter de quelques pourcents, pour ne pas parler de la majorité d’entre eux qui se retrouve dans le rouge. Un profit net de 1,4 milliard d’euros pour un chiffre d’affaires de 7,3 milliard d’euros, faut le faire! A titre de comparaison, la firme britannique Aston Martin a­ réalisée des pertes pendant­ près de 90­ ans, avant d’être enfin (et pour la première fois dans son histoire) profitable l’année passée (sous la tutelle du géant­ Ford)…

porsche2.gifLa clé du succès du constructeur de Stuttgart? Une qualité de produit irréprochable (une Porsche ne tombe quasi jamais en panne), une ligne très sensuelle, une gamme de produit bien segmentée, un pricing adapté à chaque segment, un marketing innovant, … Bref, beaucoup de rigueur, de charme­ et de passion, une combinaison d’Allemand et de l’Italien…

Bon, j’avoue, c’est ma marque de voiture préférée… mais c’est quand même un bel exemple d’entrepreneurship­ d’une­ entreprise familiale européenne!

Une remarque tout de même… Pourquoi est-ce que Porsche utilise­ son cashflow pour investir massivement dans VW? Pourquoi ne pas investir dans son propre développement, plutôt que d’investir dans un segment du marché où les marges sont bien moins intéressantes? Y-a-t’il d’autres motifs (lire: liens de famille, raisons personnelles, vanité, “impire building”, …)? Qu’en pensez-vous? Pour réagir: Continue reading