Opitimisation des achats non stratégiques

Les achats non stratégiques regroupent l’ensemble des dépenses d’une entreprise qui ne sont pas directement liées au cÅ“ur de métier. Ces achats ont longtemps été considérés comme un enjeu secondaire, voire ont été totalement ignorés. Aujourd’hui, de plus en plus de sociétés et d’organisations prennent conscience de l’impact financier que peuvent représenter ces achats.

Pour optimiser la profitabilité de l’entreprise (amélioration de la marge opérationnelle, augmentation de la part de marché et du chiffre d’affaires), il est indispensable d’atteindre le meilleur coût de possession (TOC – ‘total cost of ownership’) pour ces achats non stratégiques. En moyenne, les économies qui ont été réalisées se montent à 15% du total de ces achats. Cette réduction de dépenses a ainsi directement impacté les résultats de ces entreprises. En effet, les fournitures de bureau, la téléphonie ou le services de nettoyage, peuvent représenter jusqu’à 30% du CA d’une PME.

Compte tenu du grand nombre de produits et de fournisseurs différents, les petites et moyennes organisations se heurtent souvent au manque de temps et de moyens pour procéder à un audit complet de ces postes. Elles se privent ainsi d’un potentiel important d’amélioration de leurs résultats.

Pour justement permettre aux PME de profiter également de ce levier, des places de marchés virtuelles ont vu le jour depuis 2000.

Le temps passé à la recherche de fournisseurs et la comparaison des différentes offres peuvent se révéler très fastidieux à la fois pour l’acheteur et pour le vendeur. Ainsi, par manque de temps ou d’opportunité, un grand nombre d’entreprises se fournissent auprès d’un fournisseur unique et historique. Internet est en train de révolutionner ces pratiques d’achat en offrant aux entreprises la possibilité de s’affranchir de limites géographiques étroites.