Opitimisation des achats non stratégiques

Les achats non stratégiques regroupent l’ensemble des dépenses d’une entreprise qui ne sont pas directement liées au cÅ“ur de métier. Ces achats ont longtemps été considérés comme un enjeu secondaire, voire ont été totalement ignorés. Aujourd’hui, de plus en plus de sociétés et d’organisations prennent conscience de l’impact financier que peuvent représenter ces achats.

Pour optimiser la profitabilité de l’entreprise (amélioration de la marge opérationnelle, augmentation de la part de marché et du chiffre d’affaires), il est indispensable d’atteindre le meilleur coût de possession (TOC – ‘total cost of ownership’) pour ces achats non stratégiques. En moyenne, les économies qui ont été réalisées se montent à 15% du total de ces achats. Cette réduction de dépenses a ainsi directement impacté les résultats de ces entreprises. En effet, les fournitures de bureau, la téléphonie ou le services de nettoyage, peuvent représenter jusqu’à 30% du CA d’une PME.

Compte tenu du grand nombre de produits et de fournisseurs différents, les petites et moyennes organisations se heurtent souvent au manque de temps et de moyens pour procéder à un audit complet de ces postes. Elles se privent ainsi d’un potentiel important d’amélioration de leurs résultats.

Pour justement permettre aux PME de profiter également de ce levier, des places de marchés virtuelles ont vu le jour depuis 2000.

Le temps passé à la recherche de fournisseurs et la comparaison des différentes offres peuvent se révéler très fastidieux à la fois pour l’acheteur et pour le vendeur. Ainsi, par manque de temps ou d’opportunité, un grand nombre d’entreprises se fournissent auprès d’un fournisseur unique et historique. Internet est en train de révolutionner ces pratiques d’achat en offrant aux entreprises la possibilité de s’affranchir de limites géographiques étroites.

Comparateur des fournisseurs de gaz et d’électricité

Les marchés de l’électricité et du gaz sont entièrement libéralisés en Belgique. Vous avez donc le choix du prestataire. Monenergie est un site comparateur, qui se dit “convivial et indépendant” des fournisseurs de gaz et d’électricité pour toute la Belgique. le site centralise toute l’information pertinente sur la libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité.

Belle initiative, mais la convivialité du site (résultats de recherche) reste à améliorer.

Bobex recherche des Account Managers

Bobex est en pleine croissance et nous recherchons d’urgence plusieurs collaborateurs motivés pour renfoncer l’équipe commerciale de notre site web belge (Bobex.be), ainsi que des collaborateurs pour notre site français (Bobex.fr) et néerlandais (Bobex.nl).

Description de la fonction:
Vous avez la fibre commerciale et vous pouvez justifier d’un minimum d’expérience en ventes B2B. Vous connaissez bien le marché belge ou français. Pour Bobex Belgique, vous êtes bilingue (FR, NL). Vous êtes proactif, organisé et orienté résultat. Vous possédez la motivation et la détermination nécessaires pour atteindre votre objectif de vente. Vous possédez une bonne connaissance de l’internet.

Profil:
Vous menez des entretiens de prospection et de marketing. Vous visitez les clients et présentez et vendez les solutions Bobex. Vous rédigez vos offres et en faites le suivi. Vous assurez le suivi de vos clients en veillant à leur satisfaction.

Offre:
Nous vous proposons de rejoindre une équipe jeune et dynamique qui évolue dans le monde passionnant de l’internet. Une ambiance de travail agréable dans une société en pleine croissance. La fonction proposée est une fonction à temps plein et à Bruxelles (centre). Nous vous offrons un salaire fixe, une voiture, un PC, des heures flexibles ainsi que des avantages attractifs.

Contactez-nous.

Place de marché virtuelle en croissance suite à la crise

Le secteur de la mise en relation en ligne est l’un des rares segments à profiter de la crise. Cette tendance est non seulement vraie pour les sites de rencontres classiques, mais aussi pour les plateformes de relations commerciales. Bobex, la plateforme belge active dans huit pays européens, jouit en effet d’une croissance très soutenue depuis le début de la crise. Les clients l’utilisent pour faire de meilleurs achats, tandis que les fournisseurs espèrent y vendre plus.

Depuis le début de la crise, en septembre 2008, le nombre de demandes de prix sur Bobex (www.bobex.com) a connu une augmentation de 60 pour cent (période 09/2008 – 04/2009, comparée à la même période de l’année précédente). Sur le marché belge, la croissance de Bobex a atteint 58 pour cent. En France, l’augmentation s’est élevée à 55 pour cent, tandis que les Pays-Bas ont enregistré une croissance de 62 pourcent. Dans les autres pays, la croissance est encore plus spectaculaire, mais la présence de Bobex sur ces marchés est plus récente. Cette croissance s’observe d’ailleurs non seulement en termes d’utilisation, mais aussi en termes d’inscriptions.

Les secteurs qui connaissent la plus forte croissance sur les places de marché de Bobex sont les services informatiques (+65%), la conception de site internet (+67%), la rénovation (+78%), la sécurité (+82%) et les distributeurs automatiques (+121%). Deux secteurs enregistrent une baisse: la logistique (-7%) et la gestion de personnel (recrutement) (-12%). Les rubriques les plus populaires de Bobex restent l’impression, le transport & la gestion de flotte, la conception de site internet, la rénovation et les services de bureau.

Bobex perçoit trois raisons qui expliquent cette croissance. Premièrement, en temps de crise, les clients consacrent plus de temps à leurs achats, afin d’en améliorer la qualité. Alors que par le passé, on faisait affaire avec le premier bon fournisseur, on procède désormais avec une prudence accrue en comparant d’abord les offres de plusieurs fournisseurs. Grâce aux places de marché, les clients ne doivent expliquer qu’une seule fois ce qu’elles recherchent et leurs demandes d’offres sont envoyées à différents fournisseurs compétents. Les clients, ensuite, n’ont plus qu’à analyser et à comparer les offres mises en ligne

Deuxièmement, en temps de crise, les fournisseurs cherchent de nouvelles opportunités auprès de nouveaux clients. Alors qu’auparavant ils n’avaient pas le temps d’accepter du travail supplémentaire parce qu’ils tournaient à pleine capacité, aujourd’hui, ils cherchent des nouveaux clients. D’où leur tendance à recourir plus souvent qu’avant aux places de marché en ligne. Enfin, quand la période est à l’incertitude, la confiance joue un rôle essentiel. Comme de nombreuses places de marché en ligne appliquent un système de «rating», le client et le fournisseur peuvent non seulement s’évaluer mutuellement, mais aussi jeter un coup d’Å“il sur les évaluations antérieures placées par les utilisateurs.

Bobex est une société active dans huit pays européens. Bien que la croissance internationale ait été, à l’origine, organisée via l’octroi de franchises, Bobex a désormais repris le contrôle intégral de toutes ses activités. Au début de cette année, Bobex a racheté son franchisé britannique et cette place de marché s’est désormais élargie à l’Irlande. En 2008, Bobex avait créé des places de marché en Suède et en Allemagne.

La priorité des professionnels des achats: réduire les coûts et négocier avec les fournisseurs…

79% des acheteurs européens interrogés ont déployé des stratégies achats anti-crise, dont les principales sont: négociation avec les fournisseurs (23%); contrôle des stocks (17%); multiplication des analyses de coûts et évaluation des opportunités (15%). Pour 12%, la concentration sur le panel fournisseurs existant fait partie de la stratégie. 7% affirment se tourner désormais vers l’Asie pour les achats industriels. 6% prévoient d’internaliser la production auparavant sous-traitée. Seuls 9% disent n’avoir annulé ou reporté aucune dépense.

Les critères de sélection des fournisseurs sont le prix (29%), la qualité (28%), les délais de livraison (23%) ; les autres critères (normes, matériaux…) sont cités par moins de 10% des participants à l’enquête. (source : MFG.com)

Les principales priorités en matière d’achat pour 2009/2010 sont la réduction de coûts pour 77% des professionnels des achats de grandes entreprises, et l’efficacité des systèmes d’achat pour 52%. 51% des entreprises interrogées considèrent que la crise économique a renforcé la position de négociation des services achats par rapport aux fournisseurs. (source : BravoSolution, étude « Procurement Protection » 2009).

Source: E-Achats Infos

Comment rédiger un e-mailing? Mode d’emploi

Soigner la mise en page de son message permet d’être plus attractif pour le lecteur et d’obtenir de meilleurs taux de retour. Il faut également tenir compte de certaines contraintes techniques dues aux clients de messagerie, et qu’il faut contourner pour que le message reste lisible.

Mise en forme générale
Dans l’HTML, le texte est primordial. Un message constitué essentiellement d’images risque d’être bloqué par les anti-spam, et si le client de messagerie n’affiche pas les images, rien n’attirera l’oeil du lecteur. Favorisez une mise en forme avec 50% de texte et 50% d’images. Positionner l’information importante pour qu’elle apparaisse dans le volet de prévisualisation, en haut et à gauche du message. Pensez à mettre du texte avec des liens cliquables ( “pour en savoir plus cliquez ici ” ) pour mesurer l’impact de la campagne. Prévoir une version en ligne du mail : la version en ligne est la version la plus fidèle de l’e-mail et ne dépend plus des caprices des clients de messagerie.Cette page appelée “miroir”, à indiquer en haut de l’e-mail ( “si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez ici” ). Prévoyez toujours une version en texte brute de votre message. Beaucoup de logiciels d’e-mailing du marché la génèrent automatiquement à partir de votre format HTML, mais il faut la vérifier pour que la mise en forme permette une meilleure lecture (saut de ligne, ajout de caractères spéciaux pour mettre en valeur le texte).

Le format
Le choix du format de votre message est une étape importante dans la conception de votre design. Pour s’assurer que les internautes puissent lire votre email sans la nécessité de scroller la page, il est conseillé de ne pas dépasser une largeur de 600px. Cette valeur est calculée en fonction des résolutions d’écrans les plus utilisées et des différents paramètres d’affichages des webmails et des logiciels de messagerie.

Les pièces jointes
Elles sont à proscrire. Ceci pour plusieurs raisons : D’une part, le fait d’ajouter un fichier dans l’envoi d’un email augmente la taille du message. Le coût de l’envoi sera alors plus important, le message risque d’être considéré comme frauduleux et ne sera donc pas correctement délivré. D’autre part, aucun tracking n’est possible pour tracer l’ouverture des fichiers. Une alternative existe : Vous pouvez héberger vos fichiers a télécharger sur un serveur et ainsi faire un lien dans votre message de type : “pour télécharger notre plaquette de présentation, cliquez ici”. Cette manipulation a l’avantage de ne pas alourdir votre message : le contact ne télécharge pas inutilement un document et le tracking vous informera des contacts interressés.

Les Polices
Utilisez les polices systèmes : Arial, Times New Roman, Verdana, Tahoma, Comic sans MS, Helvetica. Les polices non-standards ne seront pas interprétées si le destinataire ne les possède pas. Un conseil pour les polices spéciales : utilisez des images (avec modération, en prenant garde à l’équilibre du texte par rapport aux images).

Les Couleurs
Beaucoup d’e-mailings proposent un contraste trop léger entre le texte et le fond (écriture jaune sur fond gris clair, gris foncé sur gris clair, rouge foncé sur vert foncé…). Pensez au confort de l’internaute en proposant un franc contraste entre le texte et le fond. Évitez les titres en blanc sur un background foncé et préférez un fond clair et des polices foncées. Dans le cas où vous écrivez en blanc, donnez toujours un fond de couleur à vos tableaux. Si l’image du background ne s’affiche pas, le fond de couleur permettra quand même la lisibilité du message.

Les Images
Lorsque votre image n’est pas à l’échelle, définissez-lui une taille pour éviter les étirements. Dans le cas où l’image est à l’échelle, ne spécifiez pas la hauteur. Ainsi, seul le contenu de la balise ALT s’affichera et l’image vide ne prendra pas toute la hauteur qu’elle prendrait si l’image s’affichait. Utilisez l’attribut ALT pour nommer vos images. Un bref descriptif est conseillé pour informer l’internaute sur le contenu en cas de problèmes d’affichage. EX : Dans Outlook, les images ne s’affichent pas par défaut, on verra des croix rouges à la place des images avec l’intitulé « ALT ». Certains clients de messagerie, lorsqu’il y a un lien sur une image, rendent le contenu de la balise “alt” cliquable, même si les images ne sont pas ouvertes. D’où l’intérêt des alt ! La largeur d’un message doit se situer entre 500 et 600 pixels en largeur pour éviter les “ascenseurs horizontaux” et assurer une bonne lisibilité. Si vos images sont petites, pensez aux images encodées : même si l’internaute n’autorise pas l’affichage des images, celles ci s’afficheront au chargement de l’e-mail. Inconvénient : le poids des images impacte l’e-mail, il ne pèsera plus 3 ou 4 Ko, mais la somme du poids du code ainsi que de toutes les images. Évitez les images de fond appliquées à tout le canevas (souvent bloquées).

Source: Dolist, partenaire Bobex

Trouvez des prestataires sur Bobex: campagne emailing ou bases de données emailing.

Bon résultats pour les e-achats et places de marchés en Europe

Pour la troisième année consécutive, e-Achats Infos a réalisé en décembre 2008, une enquête consacrée à la prospective à court terme des domaines de l’e-achat. Plus de 30 acteurs majeurs du domaine (éditeurs, sociétés de conseil spécialisées, sociétés de services, intégrateurs, opérateurs tiers, places de marché…) ont répondu.

Pour la majorité des répondants, les résultats de 2008 ont été conformes à leurs attentes – il y a tout juste un an (voir notre édition n°15, datée janvier 2008), ceux-ci espéraient un CA en hausse de 29% par rapport à 2007 et un nombre de projets en progression de 27%. Par comparaison, Syntec Informatique estime la croissance 2008 de la totalité du secteur à 6%.

Près d’un tiers d’entre eux ont finalement fait mieux qu’espéré, tant en chiffre d’affaires (jusqu’à +70% par rapport aux prévisions ; + 25% en moyenne…) qu’en nombre de projets (jusqu’à +30%). Cette croissance exceptionnelle peut être le fait de nouveaux clients, mais aussi de nouveaux partenariats et/ou de la montée en puissance de clients existants. Certains éditeurs ont été agréablement surpris par “l’émergence régulière de nouveaux projets de qualité”. Un intégrateur fait état d’une “année très dynamique sur l’ensemble des segments achats. Les directions achats continuent de se renforcer en effectifs et en outils et améliorent leur visibilité auprès des directions générales.” Deux acteurs de l’échantillon seulement ont fait moins bien qu’attendu, d’environ 15%.

En 2009 la croissance continue : + 27,5% du CA !
Pour les 12 à 18 mois à venir, les estimations de croissance sont – compte-tenu de l’ambiance économique générale – insolemment bonnes, sur les 2 axes majeurs : chiffres d’affaires (+ 27,5%), nombre de projets (+29%). La taille des projets resterait constante (pour 3 acteurs sur 4), en diminution pour environ 1 acteur sur 6 et en augmentation pour 1 acteur sur 10.

Pour lire l’article e-Achats.